Bélinda Georges, 26 ans

Je suis Belinda Georges, j’ai 26 ans, et je suis une femme cisgenre. Je fais 1m64, je pense avoir dépasser les 110/115 kilos car je ne me pèse plus depuis longtemps à cause de mes TCA. D’après mon IMC, je suis en “obésité morbide”.

– Si je te dis grosSE ?

Oui ?

– Quel est ton parcours avec le poids ?

J’ai toujours été un peu grosse. Ou du moins on me le faisait ressentir, à l’école ou dans ma famille. Ma dépression a accéléré le processus vers mes 19 ans, où je portais déjà du 44. Ma famille me promettait des cadeaux (robes, voyages …) si je maigrissais.
Je vis la grossophobie depuis longtemps, même si je ne connais le terme que depuis quelques années, grâce au féminisme, notamment. Avant, je n’avais pas conscience que ça me faisait du mal, et je trouvais ça normal qu’on me dise de maigrir, même si je ne le pouvais pas pour des tas de raisons.

Aujourd’hui, j’oscille entre le 50 et le 54 (surtout pour le bas) et je commence seulement à me dire que je pourrais commencer à aimer mon corps. Mes TCA (hyperphagie et anorexie) ne m’aident pas non plus sur ce terrain.

                                           *MEDICAL*

J’ai eu un léger problème médical plus tôt dans l’année où j’avais du pus dans les sinus où j’ai du faire un scanner, des examens et un traitement pour que ça passe. Et même si ça n’a rien à voir avec mon poids, j’ai quand même eu des remarques grossophobes.

Quand j’ai demandé si ça avait un rapport avec mon apnée du sommeil, la docteure m’a rétorqué qu’il fallait que je maigrisse pour que ça s’arrête, que ça n’avait rien à voir avec l’apnée du sommeil, que la cause “c’est votre poids, mademoiselle”.

Aujourd’hui, et depuis la fin de mon traitement en mai 2016, je ne fais plus d’apnée du sommeil, je ne ronfle plus et je dors mieux, et je fais toujours le même poids …

C’est en Février 2016 que j’ai vécu mon expérience la plus traumatisante avec un médecin. J’avais d’ailleurs fait un thread sur Twitter directement quand je suis rentrée chez moi après le rendez-vous :

   • la suite, quelques heures après

J’avais donc 25 ans, j’étais malade. Un virus qui me mettait KO, mais rien de grave ; et j’avais besoin d’un certificat médical pour justifier mon absence à mon école et à mon stage.
Je voulais en profiter pour parler de mes angoisses, de mes TCA, de ma dépression. Ça n’allait pas du tout à cette période, je voulais envisager avec lui un traitement médicamenteux pour aller mieux.
J’avais un ongle incarné et j’ai même pas osé lui demander de jeter un oeil tellement j’étais mal.

Les gynécologues sont les spécialistes que je redoute le plus. Je n’ai jamais pu aller voir un gynéco car ça me fait très peur. Je suis asexuelle et j’ai été victime d’agressions sexuelles par le passé, même si ça ne justifie rien, je ne suis pas très à l’aise avec cette partie de mon corps. Si je rajoute la grossophobie par-dessus, je ne peux pas, je bloque. J’ai déjà essayé de prendre rdv avec un sage-femme recommandé par une amie féministe, j’ai du annuler 30 minutes avant, en larmes au téléphone car ça m’angoissait trop (et heureusement, il a eu la réaction parfaite, il a très bien compris et ne m’a pas jugé ou s’est énervé d’annuler au dernier moment). Voir les témoignages de violences médicales avec les gynécos ne m’encouragent pas, ça me fait trop peur.

Quel que soit le sujet de ma visite chez le médecin, il FAUT qu’il y ait un rapport avec mon poids, ou du moins, il faut que je me fasse sermonner sur mon poids parce que c’est MAL d’être grosse, même quand on a 12 ans et que, honnêtement, en voyant les photos de moi à l’époque, ça allait, quoi. J’ai déjà eu un sermon sur mon poids et qu’il fallait que je maigrisse “pour mon propre bien, toussa” alors que j’étais venue car je m’étais brûlée la main au 2ème et 3ème degrés, parce que “ça cicatrise moins bien quand on est grosse”. Je n’ai jamais cherché à vérifier si c’était vrai, mais j’ai un sérieux doute … Quand ils disent ça, soit les médecins sont gênés et passent vite à un autre sujet, soit ils sont infantilisants, même si on est adulte face à eux. Je me rappelle de ce médecin que j’avais consulté pour une bronchite qui m’avait dit que je ne l’aurai surement pas eu si j’avais 20 kilos de moins.

Pour qu’un médecin soit qualifié de bienveillant, il doit faire preuve d’écoute, et ne pas imposer à une personne de maigrir, surtout si à la base, la personne vient pour une bronchite ou un pied cassé. A mon avis un médecin peut parler du poids si le/la patient-e en parle d’abord, ne pas le/la juger, la personne est déjà au courant qu’iel est grosse. Mais surtout de l’écoute, c’est le plus important, c’est à cause de ça que je n’ai jamais réussi à parler de mes TCA ou de ma dépression à un médecin (sauf une fois à une psychologue que j’ai vu trois fois).
Les rares fois où je vais chez le médecin, c’est quand je suis vraiment malade, donc plus vulnérable, surtout que ça m’angoisse beaucoup, aujourd’hui, depuis ce médecin en février, donc je ne sais pas si je pourrais répondre. Rien à voir avec de la grossophobie, mais en mars, je suis allée consulter pour mes sinus chez une ORL, et au moment où elle a voulu me faire un examen (tiges caméras dans le nez qui remontent jusqu’aux sinus), elle ne m’a pas prévenue, et j’ai eu tellement peur et mal que j’ai simultanément fait une crise d’angoisse tout en tombant dans les pommes (du coup, elle m’a mis des giffles pour éviter que je ne m’évanouisse : “ne vous levez surtout pas, je ne pourrais pas vous relever si vous tombez”). Et je n’ai rien osé dire sur le moment, même après tout ça. Alors je ne sais pas comment je réagirai, maintenant … Si je suis en forme (pas de fièvre, pas trop malade ou angoissée), je pense que je pourrais quitter un cabinet, mais je sais que je le regretterai dans le sens qu’il est compliqué d’avoir des rendez-vous le jour-même quand on veut un arrêt maladie pour son travail/école.

Les jeunes vs Les vieux ?

J’ai l’impression que les médecins plus âgés sont au taquet sur le sujet.

Les outils médicaux ?

Les tensiomètres ne sont plus adaptés pour moi, et pour le scanner pour mes sinus, j’ai eu peur de le casser en montant, et j’ai croisé le regard désespéré de l’infirmière quand elle m’a vue arriver.

                                             *ESPACE PUBLIC*

– Comment définirais tu l’espace public ?

Pas adapté aux personnes grosses.

– Comment te sens tu dans l’espace public ?

Souvent mal à l’aise dans mes vêtements, je contrôle toujours si on ne voit pas trop mon ventre (ou autre partie du corps), je me sens surveillée et jugée par les gens qui ne sont pas gros.

– Prends tu les transports en commun ? Si oui, est ce que tu t’y sens à l’aise ?

Oui, quotidiennement. Non, car je n’ose jamais m’asseoir sauf si la place d’à-côté est vide, et je sue beaucoup plus vite.

– Est ce que tu as déjà pris l’avion ?  Comment as été ton expérience ?

Oui, plusieurs fois, et lors d’un vol dans une petite compagnie, j’ai eu peur de devoir faire le trajet sans ceinture car elle ne se fermait pas à cause de mon ventre. J’ai du demander une rallonge à une hôtesse qui m’a bien jugée du regard quand je lui ai demandé une. Lors d’un autre vol, j’étais près du hublot avec deux hommes gros à côté de moi qui, contrairement à moi, n’avaient aucun scrupule à prendre toute la place et je me suis sentie mal pendant les 2h de trajet. Ah, et le soulagement dans le regard de ce passager voisin quand j’ai réalisé que je m’étais trompée de rangée.

– A quel point estimes-tu que les équipements publics ne te sont pas adaptés ?

Au point que j’ai peur de m’assoir sur les chaises de restaurants ou de bar sans les casser ou rester coincée.

– Quelles stratégies mets tu en place pour te sentir à l’aise dans l’espace publique ?

Le déni, le je-m’en-foutisme et les regards noirs quand je vois qu’on regarde trop mon gras d’un air désapprobateur.

– Quelles sont les pires remarques ou insultes que tu ais subi dans l’espace public ?

Je rentrais de soirée arrosée dans le centre de Lyon, une voiture est passée à côté de moi et un mec a crié “téma la grosse” en me pointant du doigts alors que la rue était bondée. Ou encore le “je serais vous, je ne mangerais pas ça” alors que je mange un sandwich à midi sur un banc public. Ce sont les premières qui me viennent en tête parmi de nombreuses.

Et demain ?

Je nous souhaite beaucoup de courage, il faut se soutenir. En vœux : qu’on nous fiche la paix, qu’on nous écoute et qu’on arrête de nous juger, ou de nous assimiler à des clichés comme “feignants” ou autres …

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s