Anonyme, 34 ans

Je suis une femme de 34 ans .

Je fais 103 kilos (évolutif parce que je suis enceinte de 4 mois) pour 1m57 pour une taille 50 de pantalon ou 48 cela dépend où je vais l’acheter.

« Grosse », ce mot a pendant des années été dur pour moi , je me sentais qualifiée de « sale », « dégueulasse » et « feignante » en plus d’être en surpoids, et je n’étais à ma place nulle part. Heureusement ça passe avec le temps, mais ça dépend aussi de qui prononce ce mot. Si c’est une personne non concernée par le sujet, je le prendrais très mal.

J’ai commencé à être en surpoids à l’âge de deux ans, dans ma famille ma mère avait du diabète et a toujours fait des régimes. Son poids faisait le yoyo constamment.

Vers 10 ans elle me faisait manger comme elle et, j’ai souvent eu faim. Dans cette famille, père, mère, frère étaient tous en surpoids, j’étais la seule qui avait toujours des petites parts parce qu’une « fille qui est grosse c’est pas beau ». De même à la cantine de l’école, je n’avais pas la même part que les autres. Du coup, sans arrêt affamée, je chipais de la nourriture la nuit, et donc je ne maigrissais pas.

Vers 14 ans je subissais du harcèlement scolaire et l’on se moquait constamment de mon poids, quand je rentrais à la maison mon père me frappait et avait plus d’estime pour son chien que pour moi.

L’été de mes 15 ans quand j’étais chez ma grand-mère, je me suis mise à faire du sport et à manger peu pour maigrir. Résultat, une perte de 15 kg en deux mois. La seule fois où je rentrais dans la case « normal » dans mon IMC. Quand je suis  rentrée de vacances, j’étais trop maigre cette fois-ci, je ne mangeais pas assez. Ma mère me resservait souvent à manger. Alors j’ai tout repris, avec 10 kilos en plus … Côté études à cette période, je me rappelle qu’on m’embêtait moins mais je restais quand même dans mon coin, j’avais peur de l’ambiance du collège et de chez moi…

J’ai continué mes études dans une école de coiffure, pour le côté artistique c’était génial, et j’avais perdu des kilos sans m’en rendre compte, mais je restais en surpoids. Deux ans plus tard et CAP en poche, je cherchais du travail  et sans grand succès, « une personne en surpoids ne peut travailler dans des métiers d’esthétique », « vous devriez perdre du poids », un non à l’embauche aurait suffit..

Arrive la vingtaine. Pas de travail, toujours en surpoids, crise d’ado tardive… Je sors beaucoup en Rave Party avec des ami(e)s. Pendant un an je prends des drogues pour oublier un peu que j’ai passé des années de merde en tous points. Et je perds une dizaine de kilos. Les années qui ont suivi : yo yo poids, yo yo travail précaire, rencontre d’un mec qui n’était pas le bon, prise de pilule, stress, chômage … Résultat, 30 kilos en plus …

Quelques années après j’ai rencontré le bon mec et le poids n’a pas bougé parce qu’il m’aime pour ce que je suis. Ce fut le début de confiance en moi. Vers la même période je suis devenue végétarienne, ce fut le résultat d’un rejet de violence sous toutes ses formes. J’ai même commencé à ne plus faire de régimes et ne plus me peser, à surfer sur les pages de « l’Imagerie de Nina », « l’Utoptimiste », des groupes anti-grossophobie… Tout ça m’a menée à penser que moi aussi j’ai le droit d’exister et j’en suis contente.
J’ai alors perdu 12 kilos en un an. Je m’en suis rendue compte en allant chez le pneumologue.

Je suis tombée enceinte et j’ai pris 9 kilos, la prise de poids ne m’a pas trop dérangée, c’est plutôt le côté surmédicalisé qui est anxiogène.

MEDICAL

Je suis asthmatique et j’ai des problèmes de thyroïdes.

Dans le cadre de ma grossesse, j’ai vu une interne qui remplaçait mon endocrinologue. Elle n’a pas regardé mon dossier. Elle aurait vu que les prises de sang étaient nickel, que je n’ai pas de diabète ni de cholestérol. En revanche, elle m’a demandé mon poids et jamais je n’ai autant entendu quelqu’un me dire de « faire attention à ce que je mange », « faire un régime ». Quand je lui ai répondue qu’il était hors de question de faire un régime, sa réponse fut :  « mais vous êtes OBESE madame ». Sans m’écouter elle me rappelle aussi de faire mon test de diabète. Le test se fait à 4 mois de grossesse, j’en étais même pas à 2 mois )  et le « n’oubliez pas de le faire à jeun », comme si je passais mon temps à manger enfin j’en suis ressortie en pleurant me sentant comme une merde …

Je redoute beaucoup de soignantEs : Médecin traitant, gynécos, endocrinologues, diététiciennes …

Il y a des comportements récurrents de la part des soignantEs vis à vis de mon poids. Le « vous pesez combien ? » est toujours la première question suivie de « vous faites des activités sportives » avec un regard incrédule quand je réponds positivement .

Je crois qu’il n’y a pas de différence de traitement selon que lea soignantE est jeune/vieilleux, homme, femme … le respect c’est une question d’éducation.

Lors de l’écho, on a eu  des difficultés à voir mon bébé mais l’échographe a été super gentil et m’a juste dit qu’on ne pouvait pas le voir tout en restant neutre, c’est en discutant avec des connaissances que j’ai appris que c’était à cause du poids.

Pour que je qualifie unE soignantE de bienveillantE, il faut qu’iel m’examine comme les autres patientEs et que je n’entende pas une seule fois le sujet du poids à moins que je lui demande.

Je veux que ce soit moi qui lui en parles en premier.

J’ai quitté un cabinet une seule fois, ma remplaçante endocrinologue quand elle m’a parlé de régime, les autres fois j’ai laissé passé parce que trop habituée(lassée) des mêmes phrases

ESPACE PUBLIC

Je me sens bien dans l’espace public depuis que je ne fais plus attention aux remarques dévalorisantes d’inCONnu(e)s.

Je fais comme tout le monde  et je trace ma route

« Hey regarde ! Paul c’est ta fiancée là-bas ! », « t’as de beaux yeux mais c’est tout ce que tu as », « elle est imposante celle-là », « ah la grosse » … Voilà ce que j’entends.

DEMAIN

Je souhaite qu’on soit traité(e)s comme tous le monde et qu’on nous fiche la paix pour ce qui es du poids que ce soit dans le cadre des études scolaires, médecine, travail (qu’on ai un peu plus de chances d’être recruté(e)s).

Pas besoin de nous faire remarquer que l’on es en surpoids vu que l’on es les premiers concerné(e)s et c’est comme tout, la seule personne à s’aider en 1er c’est nous mêmes, les remarques et dénigrement ne font qu’enfoncer, démoraliser et sont contre-productifs pour la suite .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s