Grosses gencives

Y a-t-il acte plus anodin que d’aller chez le dentiste se faire soigner une carie ?

Pas quand tu es gros.se. Non. C’est une énième occasion de subir la formidable grossophobie médicale.

Entrer dans le cabinet. Le regard de bas en haut, le haussement de sourcils. Le « attendez, asseyez -vous doucement, je ne suis pas sûr que le fauteuil supporte votre poids ».

Tu t’assois en retenant ton souffle, tes fesses touchent le plastique, tu forces sur tes bras pour que tu puisses déposer ton poids petit à petit et pas d’un coup histoire de ménager un fauteuil et essayer de répartir la masse. Ton ego et ta santé mentale, tout le monde s’en fout.

« Ah une vilaine carie que voilà, il faut absolument arrêter de s’empiffrer de bonbons toute la journée »

Tu as la bouche ouverte, les mains de ce personnage nauséabond en toi, impossible de répondre autre chose qu’un « grmphblphbl » incompréhensible qu’il s’empresse d’ignorer pour rajouter «  ah oui, oui ça se voit que vous aimez manger des bonbons, les bonbons durs de grand-mère que vous croquez apparemment »

Il enlève enfin ses mains, tu voudrais lui répondre que tu n’as pas touché un bonbon depuis des années, mais que l’usure qu’il doit voir sur mes dents est due au bruxisme dont je souffre depuis mon enfance. Mais il t’annonce qu’il va devoir arracher ta dent.

Tu reprends rendez-vous en te disant que la prochaine fois s’il te fait une réflexion tu le reprendras en pleine volée, quitte à le mordre pour pouvoir articuler.

La semaine d’après tu reviens, il te refait la même réflexion sur le fauteuil et ton poids. Tu lui dis que cela n’a jamais posé de problèmes nulle part, et que s’il est si inquiet, il n’a qu’à investir dans un matériel plus adapté et solide.

Ça le met en colère visiblement. Tu t’allonges, tu l’entends préparer ses instruments derrière toi. Il te fait ouvrir la bouche sans sommation, brutalement, t’irrite le coin. Aucune délicatesse quand il passe ses instruments qui te déchirent littéralement l’intérieur de la joue. Puis vient le moment de l’anesthésie. Il pique, en met partout dans la bouche, ça a un goût affreux, amer, et tu as peur d’étouffer. Il te repique une 2nde fois, te dit de te rincer, se met à travailler mais la douleur est telle que tu hurles. L’anesthésie n’a pas pris. Il faudra 8 piqures. Et que tu acceptes de ressentir une pointe de douleur pour qu’on puisse en finir. Tu saignes, tu as mal, la dent a eu du mal à sortir, elle était accrochée à la tubercule qui finalement est venue avec.

La seule chose qu’il te dira c’est « vous allez avoir mal 2/3 jours » Puis en te regardant droit dans les yeux « L’anesthésie a eu du mal à prendre à cause de votre poids ».

Tu sais pourtant que ce n’est pas le cas, il endort une gencive, pas un membre avec du tissu adipeux… quel est le rapport ? Mais tu es dans un état second, tu as très mal, tu retiens tes larmes, tu ne protestes que d’un mou « de toutes façons les dosages ne sont jamais étudiés pour les personnes grosses » qu’il ignore royalement.

Tu es dans la voiture et tu pleures. Tu pleures parce que tu viens de te faire humilier encore une fois. Tu n’es pas arrivée à te défendre. Tu t’es laissé tomber. Et puis malgré les doses énormes d’anesthésiant tu souffres, tu sens le sang couler dans ta bouche.

Alors tu rentres tant bien que mal et tu questionnes ton entourage dans le médical, pour bien te rassurer. Oui ce dentiste est juste un sombre tocard grossophobe au discours dangereux.

Tu le réentends asséner sa fausse vérité bien droit dans ses bottes. « c’est de ta faute ».

Le lendemain tu as mal toujours, la douleur amplifie. Deux jours après il y a clairement un soucis, ta gencive est gonflée et te fait très mal, tu penches pour une infection. Tu mets 3jours à le rappeler parce que malgré la douleur physique, celles morale et psychique te retiennent. Tu es forte, tu peux tout supporter physiquement. Tu endures des souffrances que peu de gens accepteraient de vivre depuis tant d’années. Mais tu es fatiguée mentalement, épuisée même. Tu le rappelles et il estime évidemment que tu as dû mal faire quelque chose ne te trouvant un créneau que pour la semaine d’après. L’idée pas si saugrenue qu’il fait tout pour te punir d’être grosse te traverse l’esprit.

Et tu attends, la douleur à la gencive, le bide retourné, le cerveau en ébullition, plein de ce que tu voudrais lui dire. Chaque jour qui te rapproche du rendez-vous, tu essaies de rassembler le peu de courage qui te reste pour lui renvoyer ses mots dévastateurs dans les dents.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s