Transcription du podcast « C’est compliqué – Corps gros, séduction et sexualité » publié sur Slate Audio

Photo par @teresasuarezphoto lors de l’enregistrement du podcast.

Lors du Très Gros Festival, qui a eu lieu le 28 août au Wonderland à Paris, nous avons eu l’occasion d’enregistrer deux podcasts « C’est compliqué » animés par Lucile Bellan et publiés sur Slate Audio. Pour le deuxième podcast, « Corps gros, séduction et sexualité » nous avions invité·e·s autour de la table Kiyémis, autrice, poétesse et afro-féministe, Marie de Brauer, journaliste et autrice du documentaire « La Grosse vie de Marie » et Nicolas Maalouly, président de l’association les Ours de Paris, association d’hommes gays et gros, et de leurs amis.

Vous pouvez écouter le podcast sur le site de Slate Audio : cliquez ici.

Dans un soucis d’accessibilité, nous avons fait appel à quelqu’un pour transcrire ces podcasts à l’écrit. Merci à Ploutre, @ploutre_ sur Twitter, de nous avoir transcrit ces podcasts. N’hésitez pas à faire appel à elle pour des missions de transcription.


Gras Politique

Slate Podcasts

C’est compliqué

Corps gros, séduction et sexualité

http://www.slate.fr/audio/cest-complique/très-gros-festival-corps-gros-seduction-sexualite-81

55’42

Transcription par @ploutre_


[Générique Slate Podcasts]

Lucile : Et bien bonsoir ou bonjour selon le moment où vous écoutez ce podcast, nous c’est le soir. Bonsoir à toutes et à tous, merci d’être là pour l’enregistrement de cet épisode hors-série du podcast C’est Compliqué. Nous sommes au Wonderland pour le Très Gros Festival organisé par Gras Politique [applaudissements et wouhous]. Je suis Lucile Bellan et j’ai avec moi autour de la table Kiyémis, autrice, militante afroféministe et poétesse.

Kiyémis : Bonsoir !

Lucile : Nicolas…

Nicolas : C’est moi !

Lucile : Président des Ours de Paris. [applaudissements]

Nicolas : Mon public. [rires]

Lucile : Et Marie de Brauer, créatrice de contenus sur internet et autrice du documentaire La Grosse vie de Marie.

Marie : Bonsoir ! [applaudissements]

Lucile : Alors là dans cet épisode on va parler de sexualité.

Marie : Brrrah ! [rires] Non je plaisante.

Lucile : On va parler de dating et de sexualité en particulier. On va commencer par le dating parce que c’est plus logique dans ce sens là, quand même.

Marie : Ah bon ?

Kiyémis : Quoique, oui j’allais dire… [rires]

Lucile : D’abord on rencontre les gens [rires]. Est-ce que ça existe des endroits de dating safe pour les personnes grosses ?

Nicolas : En tout cas, nous pour les ours on en a trouvé. Je pense que c’est important de draguer, sur des applis safes qui sont faites pour les ours par les ours et pour les gens qui aiment les ours. Nous il y a quelques années, on avait Bear W, aujourd’hui il y a encore plus d’applications comme GROWLr ou Scruff, qui sont des applications qui sont effectivement safe, où quand on y va on ne va pas nous dire « non, je ne cherche pas de gros » – on va en tout cas moins lire « pas de gros » ou des choses comme ça. C’est important de draguer sur les applis, de trouver ces applis là où on se sent un peu en sécurité parce que ça va donner un peu plus de sécurité et de confiance en soi. Ce qui est quelque chose qui manque beaucoup parce qu’on nous a dit pendant des années « non, tu es moche, tu ne plairas jamais, tu ne trouveras personne »… On a toujours imaginé ça, donc il y a un moment il faut chercher cela et le trouver. Et avoir confiance en soi aussi pour recevoir cette…

Lucile : Mais donc c’est pas des espaces mainstream ? On est sur des espaces spécialisés ?

Nicolas : C’est effectivement des espaces spécialisés, oui.

Lucile : Parce qu’il existe des espaces spécialisés pour les femmes grosses en particulier, mais c’est plus pour les mettre en relation avec des mecs qui les fétichisent.

Marie : C’est ça. Moi je suis une meuf hétéro – Marie de Brauer, bonjour [rires] – et j’ai donc pas mal pratiqué les applications de rencontre. « Existe-t-il un espace safe ? », j’ai envie de vous dire “Non”. C’est mon expérience personnelle.

Lucile : Mais du coup comment tu fais ?

Marie : Eh bien j’ai une vie amoureuse et sexuelle pas ouf [rires] si vous voulez tout savoir. Donc s’il y a des hommes sympas…

Kiyémis : Helloo… ! [rires]

Marie : … qui veulent slider dans mes DM ! [rires et applaudissements] Bon ça va, ça va mettre mal à l’aise tout le monde. Ce qu’il s’est passé, c’est que pendant longtemps j’ai quand même essayé : comme c’est des applications hyper mainstream, il y a tout le monde. S’il y a moi dessus c’est qu’il y a d’autres gens sympas c’est sûr – je me considère comme quelqu’un de sympa – j’ai des potes qui sont sympas et qui sont dessus, j’ai fait des chouettes rencontres quand même. Quand on est une femme sur ces applis il y a une vague de gens, il y a vraiment énormément de likes. Peu importe à quoi on ressemble, il y a des gens qui likent… et bien il faut faire le tri. Donc sur 10 mecs qui m’ont liké, il va y avoir 5 « salut, ça va ? » et peut-être un « eh la grosse là elle doit bien sucer vu qu’elle est grosse » – et t’es là… « bonjouuur, bonjour bonjour, enchantée ».

Lucile : Kiyémis, ton expérience ?

Kiyémis : Mon expérience est un peu similaire, pour ceux qui ne me connaissent pas je cumule le fait d’être grosse et le fait d’être noire.

Nicolas : Bonsoir !

Kiyémis : Bonsoir ! [rires] Et d’être femme évidemment. Donc non, il n’y a pas du tout d’appli, en tout cas moi je n’en connais pas. Celles et ceux qui en connaissent qu’ils le disent s’il vous plaît ! J’étais sur les applis classiques style « Adopte un mec », « OK Cupid » – et j’ai pas fait Tinder je crois. Non il y a pas d’appli safe. Ce que je faisais, ce qui est je pense quelque chose à double tranchant, c’est que je disais – ça se voit que je suis grosse – mais je précisais quand même « si t’as peur des grosses, ce n’est pas ici, voici la sortie ». Je le précisais dans mon profil parce que je pense que je considérais que c’était une forme de protection que je proposais, parce que je n’étais pas prête à gérer un potentiel rejet ou une potentielle remarque. C’est à double tranchant parce que t’as sûrement pas de mec qui sont dans le délire « pas de grosse », par contre il y a des mecs qui vont te dire soit « j’ai jamais fait une femme noire » – bon OK, qu’est ce que je suis censée faire, là, je suis pas une pizza – ou soit cette hyper-fétichisation : « t’es une femme grosse, donc tu dois bien sucer », et surtout limite « tu dois me sucer en secret ». Je pense qu’on va peut-être aborder ça à un autre moment mais voilà, pas d’appli safe non.

Lucile : Comment on se protège de cette fétichisation-là ? Il n’y a aucun moyen ? Est-ce qu’on peut en profiter aussi ?

Marie : Est-ce qu’on peut en profiter, je ne suis pas certaine parce que c’est pas ouf pour l’estime de soi. C’est vrai que cette fétichisation – c’est peut-être un peu précis tout de suite – je l’ai mal vécue parce que je me suis mise dans la position : « ah du coup c’est des gens qui veulent bien de moi, donc c’est déjà ça ».

Kiyémis : Mh mh [d’approbation].

Marie : C’est horrible de construire sa sexualité à 17 piges basé sur ça, et ça a été un long taf de déconstruction pour arrêter de penser que « c’est quand même déjà pas mal, il bande, putain c’est fou quoi, woouh » [rires de Kiyémis] Non. Du coup, est-ce que j’en ai profité parce que je consommais une sexualité en mode « OK, je me prouve que je peux désirer » – enfin que « je peux être désirée » ? Je pense que pour moi ça a été plus l’inverse : ça a été plus négatif qu’autre chose.

Nicolas : Je pense qu’il y a un moment où on passe du « gros qui ne plaît pas, qui n’a pas de succès » sur des applis comme ça, à quelqu’un qui va avoir beaucoup de succès, donc ça peut être grisant. Mais il y a un moment, il faut aussi savoir si on est aimé pour soi, pour son gras, pour sa personnalité… et il faut pouvoir sélectionner. Nous en tant que personnes LGBT, on a longtemps cherché les espaces safes, et c’est pour ça qu’on se retrouve entre nous dans ce qu’on appelle le communautarisme, parce que ce sont des endroits où on est à l’aise. Du coup, entre personnes PD grosses qui sommes déjà en marge – une marge dans la marge – on s’est retrouvés entre nous, on a créé des lieux pour ça, et on a cherché. On s’est toujours dit « il faut qu’on soit aimé malgré le fait qu’on soit gros », et on le dit toujours. Je pense qu’il y a un moment dans la vie où il faut se dire « je peux aussi être aimé pour ça et c’est pas grave », ça peut faire avancer les choses. Arrêter de se dire qu’il faut être aimé malgré le fait qu’on soit gros, donc être le rigolo, être le ci, le ça : on n’est pas toujours considéré comme sexy ou sexuel. D’un coup, retrouver une image sexuelle de soi peut faire du bien. On peut y trouver quelque chose pendant un moment, mais il faut aussi passer au-delà de ça : passer à la réalité, à de vraies rencontres. Il n’y a pas que internet et la drague qui est consumée comme ça, et forcément cela facilite des rejets rapides, des phrases chocs : c’est facile d’écrire “grosse” ou “gros”.

Lucile : Vous parliez tout à l’heure du côté caché, est-ce vraiment une composante – pour les personnes qui fétichisent les personnes grosses, en particulier via les applis – de dire « tu es ma personne grosse mais cachée » ? Mon plan cul gros ?

Kiyémis : Moi ça ne m’est pas arrivé qu’on le formule comme ça. Je pense qu’il y a plusieurs choses. Pendant très longtemps, j’étais dans un groupe d’ami·e·s ou j’étais la meuf grosse. J’étais une des meufs noires – on était pas beaucoup – et en plus j’étais la meuf grosse. Déjà, il y a une différence entre les expériences des meufs qui sont minces, qui étaient blanches en plus, un peu plus dans la norme ; et ta propre expérience de meuf grosse. Parfois, ça commence par « il n’y a rien », comme tu disais tout à l’heure.

Ensuite, j’ai vécu la même chose : tu rentres dans un monde tu te dis « ah mais en fait je suis bonasse moi aussi ! » – en clair « j’ai envie de baiser » – donc tu te modèles pour recevoir une validation. En tout cas c’est ce que j’ai fait. Ensuite au bout d’un moment, j’ai constaté que des femmes qui étaient plus dans la norme – minces, blanches, les cheveux très longs, etc. – avaient des aventures qui étaient quand même très particulières. Souvent elles avaient des mecs, les mecs sortaient avec, elles allaient à l’extérieur, etc. Les expériences que j’ai eu, peut-être du fait que c’était beaucoup de dating au début, étaient un peu différentes. J’ai eu aussi des mecs mais c’était moins systématique, donc je me disais « ah mais attends c’est marrant ». C’est aussi le moment où j’ai commencé à être avec des amies femmes grosses non-blanches et blanches qui disaient aussi « ah c’est marrant il a une meuf », « c’est marrant on sort pas trop », « je vois pas ses potes ». Il m’est arrivé plus souvent qu’on me propose des situations où ce n’était pas « on va dans un bar ». Je dis pas que les femmes minces ne vivent pas aussi ces situations – il y a des mecs qui te disent « on va direct chez moi » – mais j’ai eu cette impression, aussi en discutant avec d’autres meufs grosses qui ont eu la même expérience, de rencontres qui devaient être cachées.

Marie : Le fameux lundi soir entre 19h et 23h, quand il pleut quoi.

Kiyémis : C’est bizarre parce que, bon chacun a sa libido, mais c’est un vrai problème quand tu es dans une situation où tu n’as pas envie de te faire fétichiser et on te dit « ah t’es noire » – parce qu’il y a beaucoup de fantasmes liés aux femmes noires qui ont des formes. On ne sexualise pas le ventre : il y a des formes qui sont sexualisées spécifiquement, d’ailleurs c’est à la base de la grossophobie. Mais c’est pas le même respect ! J’ai envie de nuancer parce que je sais que le patriarcat touche aussi les femmes minces, mais je pense qu’il y a vraiment une expérience spécifique d’être dans un monde qu’ils considèrent à l’opposé du canon de beauté : tu n’es pas mince, pas blanche, pas toute petite, pas toute frêle – bon je suis un peu grande gueule aussi donc ça aide pas. Les réactions des mecs étaient… certains qui étaient vraiment dans la norme, pour le coup, ne m’ont jamais proposé de voir leurs potes par exemple. Pourquoi ?

Nicolas : Effectivement, j’ai eu un amant régulier, au départ on ne se pose pas trop de questions mais à un moment il me l’a formulé clairement : « je ne veux pas être vu avec une personne grosse, je ne veux pas être vu dans la rue avec toi ». Pourtant il était souvent chez moi, on baisait beaucoup et je lui plaisais manifestement. Mais on ne sortait jamais, et à partir du moment où il l’a formulé, pour moi c’était un élément de non-retour. Quand il m’a dit « non je ne veux pas être vu avec une personne grosse » j’ai trouvé ça vraiment… à partir du moment où on s’aime, c’est une situation qui ne peut pas être… c’est étonnant à entendre. Pour quelqu’un que tu vois plusieurs fois, assez souvent…

Lucile : Étonnant et douloureux.

Marie : Et c’est violent quoi !

Nicolas : Et c’est quelqu’un qui m’a dragué, pas l’inverse. Du coup c’est très étonnant à entendre – il y a des gens qui disent ça comme si c’était pas grave de le dire. Ils ne se rendent pas compte de la grossophobie qu’il peut y avoir là-dedans, de dire « non je ne veux pas être vu avec toi dans la rue » et pourtant…

Lucile : « J’assumerai pas d’être avec toi », en fait.

Marie : C’est hyper violent de le verbaliser. Ce n’est pas forcément verbalisé, moi j’ai plus d’expériences de constat. Je constate que la rue : non, l’intérieur : oui. Mais il y a quand même une expression ignoble qui dit « une femme grosse on est bien dedans, mais on sort pas avec, c’est comme les pantoufles », machin…

Lucile : C’est horrible !

Marie : Je l’ai mal dit je la refait ! S’il vous plaît, je la refait, ne riez pas : « une femme grosse c’est comme les pantoufles, on est bien dedans mais on sort pas avec ». C’est pas horrible ? Si, dites oui ! [rires]

Kiyémis : La violence. C’est totalement horrible [rires].

Lucile : C’est atroce mais comme beaucoup de blagues atroces, parfois un peu dans la réalité. La question des sites de dating safe, on va y revenir, mais tu disais que pour les bear il y avait des choses spécifiques intra-communautaires qui étaient faites. Je pose la question, c’est juste entre personnes grosses ? On est pas obligé d’être forcément attiré par des personnes qui ont exactement le même physique que soi… enfin j’imagine.

Nicolas : Oui, enfin – ça va te donner un indice sur mon âge – moi j’ai commencé à draguer sur le minitel et forcément je débarquais chez les gens [rires] et oui, et oui… Je débarquais chez les gens (on ne s’échangeait pas de photos, on ne voyait pas les gens) et il y a eu des cas où on ouvrait la porte et la personne te regardait et disait « non ça va pas le faire ». Aujourd’hui, sur une appli, on va pouvoir se montrer, on va voir qui on est – c’est vrai que souvent les ours aiment bien les ours et être avec des ours – ça créé un endroit où on va pouvoir enlever son t-shirt ou sa chemise dans une soirée sans que ce soit un problème. On ne va pas se poser des questions pendant des heures en se disant « putain j’ai un bourrelet, j’ai un gros bide, etc. ».

Il y a des gens qui aiment les ours, il y a des ours qui aiment les ours, dans tous les cas c’est un endroit où l’on essaye d’être bienveillant. On va être moins confrontés à de la violence, comme quand tu vas faire exprès de sortir dans un endroit où tu es sûre qu’on ne va pas t’embêter parce que tu es une femme, ou que tu es noire ou lesbienne. C’est des techniques de survie de trouver le juste moyen entre plaire, la réalité et les envies de sexualité. Les gros sont souvent sortis de la sexualité. Enfin, c’est les deux extrêmes : soit ils sont pas du tout sexualisés, par exemple j’ai mis beaucoup de temps pour avoir ma première relation sexuelle parce que comme j’étais gros, je n’étais pas du tout sexualisé. Je sortais dans le milieu PD et on me disait « pardon, ici c’est une soirée PD » parce que comme j’étais gros, je n’étais pas supposé être PD. J’étais obligé de dire « mais si pardon je suis quand même PD hein », ça m’est arrivé à l’entrée du Queen. Du coup c’est d’une extrême à l’autre : on est sexualisé ou on est pas sexualisés.

Il y a les applis et il y a aussi les endroits où on peut sortir. Les refus dans la vraie vie il y en a aussi, c’est moins violent. On peut rencontrer des gens sur des applis, quand on les rencontre dans les bars on reconnaît les gens, on a vu leur photo, il y a moyen de se dire juste “salut” et dédramatiser le truc de l’appli.

Lucile : Marie ?

Marie : Pour répondre à « on peut être une personne grosse qui n’est pas forcément attirée par des personnes grosses », je pense que de base, qu’on soit mince ou pas, qu’on soit gros ou pas, partir du postulat « les personnes grosses ne m’attirent pas » c’est problématique de ouf [applaudissements] parce que le désir ça se déconstruit. Par exemple (je vais prendre mon cas personnel), je sais que quand j’étais jeune, je n’étais pas attirée – c’est ce que je disais hein – par des mecs gros. Je ne m’étais jamais posé la question, juste « c’est comme ça ». Et en fait, après avoir travaillé là-dessus et avoir déconstruit des trucs, c’est parce que je voyais mon propre corps comme indésirable. Donc je n’allais pas trouver un corps similaire désirable puisque le mien ne me plaisait pas. Ensuite il y avait ce truc de représentation sociale : on allait pas être les deux gros qui se baladent main dans la main. Le désir ça se déconstruit. Alors, je veux bien, c’est le truc le plus intime qui est au fond de nous donc je ne crie pas sur tous mes potes qui ne datent que des personnes minces et blanches en leur disant « Vous êtes des cons ! » [rires] mais je le pense un peu.

Nicolas : T’as raison.

Marie : En vrai changer son regard c’est vraiment possible. Datez des gens gros, les gars, pas de galère hein !

Lucile : [rires] C’est un bon conseil. Kiyémis ? Tu as quelque chose à ajouter là-dessus ?

Kiyémis : Je suis tout à fait d’accord, il y a beaucoup de choses intéressantes à dire sur « le désir, ça se déconstruit ». Première chose c’est que moi, au contraire, j’étais attirée par les mecs gros. Mais c’est un truc de patriarcat : moi j’étais grosse donc un mec gros je me disait « il va pas se casser » ce qui est un peu… particulier parce qu’en fait aucun mec ne s’est cassé, que je sache. Mais il y avait un truc ou j’étais un peu rassurée de me dire « oh il a du bidou, c’est bon, je vais pouvoir faire des choses », je ne vais pas avoir peur. C’est particulier de se dire qu’avec son corps « tu peux casser quelqu’un », mais bon c’est un autre débat. Je pense que c’est un truc du patriarcat de me dire que j’étais attirée par les mecs gros – enfin, plus épais on va dire : épais en masse musculaire ou épais en grosseur – parce que je me disais « ah c’est bon je peux me mettre sur lui » en gros… je ne vous fait pas un dessin.

Ensuite sur la question du désir qui se déconstruit, c’est marrant parce que quand j’avais 16-17 ans (ce qui rétrospectivement est quand même jeune pour se le dire), je me disais « c’est mort j’attire personne dans mon bled paumé du 77, c’est mort pour moi ». Quand même à 17 ans se dire « c’est mort pour moi » c’est violent. J’allais à l’époque sur des sites, je ne sais pas si beaucoup de femmes grosses connaissent ce site « vive les rondes » [rires] – l’époque vive les rondes ! J’étais sur ce forum vive les rondes et je me souviens que j’essayais de poster mon message pour dire « oh là là, j’attire personne ». Donc je voulais un peu d’aide des femmes grosse de plus de 25 ans (maintenant c’est moi), qu’elles me disent « non mais t’inquiète ça va aller, tu vas attirer un mec un jour ». C’était intéressant parce que je voyais beaucoup de messages qui disaient « moi les mecs que j’attire c’est que des mecs arabes ou noirs ».

C’est marrant parce que c’était des autres meufs grosses qui disaient « en fait il y a un regard qu’on aime pas ». Il y a le regard masculin, le male gaze, mais il y avait aussi un coté « ouais mais c’est un certain type de regard qu’on veut aimer ». Ça m’a fait pensé à ce que tu dis, je pense que c’est important d’en parler : en tout cas moi dans les espaces de meufs grosses, j’ai beaucoup entendu des meufs – souvent des meufs blanches – qui disaient « moi j’attire que des mecs arabes et noirs » et moi j’étais là « mais hello ils sont où ? » [rires] moi je les vois pas trop sur moi en fait.

Je trouvais que c’était intéressant de déconstruire cette idée de la désirabilité, ce que c’est, genre tu es désirée par qui ? Quel désir est acceptable ? Comme tu le disais tout à l’heure, je ne dis pas que tout le monde doit sortir avec des mecs noirs ou arabes ou des meufs grosses. Maintenant c’est bon je pense que j’ai dépassé cette idée de « allez sortez avec moi ! », je sais que je suis canon donc il y en a qui vont sortir, il y en a qui vont… [wouhous et applaudissements] Mais vous l’êtes toutes et tous, ça va arriver ! Moi à 17 ans on m’a jamais dit un truc pareil mais c’est un autre débat. Mais je pense que c’est intéressant de se poser cette question de qui est-ce qu’on va attirer aussi ?

Lucile : Oui parce qu’il y a une question de l’ego là-dessus, à la fois de ce qu’on nous renvoie, de ce qu’on est prêts à entendre, prêt à accepter là-dessus ?

Kiyémis : Et qui valide ? Souvent, celui qui valide c’est un mec blanc, mince, hétéro et riche.

Lucile : Ils valident beaucoup de choses ces gens-là, on les entend beaucoup. [rires]

Kiyémis : Malheureusement.

Marie : C’est ça, avec le recul on se dit « Je me suis satisfait de si peu ?! » [rires]

Lucile : Globalement quand on couche avec des hommes ça arrive souvent. [rires]

Marie : Exactement !

Kiyémis : Ça balance ce soir !

Marie : Mais slidez dans mes DM quand même ! [rires]

Nicolas : Vous n’avez qu’à changer, arrêter de coucher avec des hommes.

Lucile : Ah mais moi je ne suis pas concernée [rires]. On va revenir sur cette histoire de casser des hommes en deux. Je pense que c’est le moment de rentrer dans le vif du sujet, dans la sexualité pure. J’ai une question un peu con, mais je pense qu’il y a plein de gens qui se la pose : est-ce qu’on pratique le sexe de la même manière quand on est gros ?

Kiyémis : Est-ce qu’on pose la question à des gens minces ? [applaudissements]

Lucile : On les voit baiser tout le temps en fait.

Kiyémis : Non mais il y a une partie de moi qui a envie d’y répondre, parce qu’il y a un truc pédagogique, et il y a une autre partie de moi qui me dit « est-ce qu’on baise de la même manière si on est noir ? » Enfin je sais pas, il y a un truc bizarre [rires] mais bon.

Lucile : Quand j’ai écrit cette question, je me suis dit « je vais pas demander ça… » et puis je me suis dit « en même temps la seule éducation sexuelle qu’on a – le culturel sexuel – n’est qu’avec des gens minces, où la femme est légèrement plus petite »…

Nicolas : Personne ne baise de la même manière, même nous avec chaque personne avec qui on couche : on n’est pas la même personne à chaque fois qu’on couche, et on couche différemment. La seule chose, quand on est gros, c’est se déshabiller en fait… se déshabiller est un problème. Quand on est gros, la première fois qu’on se déshabille devant quelqu’un, qu’il soit gros, mince, grand, petit – qui qu’il soit – c’est la première fois qu’on va se mettre à nu qui est compliquée. Parce que pendant longtemps on a entendu « tu as un joli visage, mais ton corps… », « tu as des jolis cheveux », « tu as un joli regard »… On ne nous dit que ça, on ne nous a jamais dit qu’on était beau. Du coup on a forcément un rapport compliqué avec notre corps, on se déshabille difficilement parce qu’on nous a toujours dit « c’est moche ». Pourquoi on nous a dit ça ? Donc forcément, quand on va baiser si on est pas à l’aise, on baise différemment. Sinon à chaque fois qu’on baise, on baise différemment et on n’est jamais en relation sexuelle pareil. [rires]

Lucile : Marie ?

Marie : Moi je ne parlerai pas de sexe… non c’est pas vrai. [rires] Je suis d’accord, c’est très interne : les questionnements vont se faire tous seuls et le lâcher prise peut être plus compliqué. On va peut-être se refuser à faire certaines pratiques qui pourraient nous plaire en soi, en se disant « non c’est pas possible je vais le casser », « non il va pas avoir accès » ou alors « c’est la honte » et ça créé des blocages. Il y a ça, et il y a aussi ce truc de « je n’ai de la valeur que dans la sexualité donc il faut que je sois meilleure qu’une personne mince ».

Kiyémis : « Que je performe », oui.

Marie : « Il faut que je sois le meilleur coup de sa vie parce que, déjà, il est sympa d’être là. » Il y a un double truc trop bizarre : je ne suis pas à l’aise parce que toute la société m’a dit que j’étais cheum, mais je vais quand même faire semblant d’être à l’aise et d’être « Wouhou c’est la vie ». À aucun moment je ne me suis demandée si moi je kiffais mon moment… C’est vraiment arrivé bien plus tard dans la vie, et c’est absurde. La question est technique, si les auditeurs et auditrices se posent la question « est-ce qu’on baise pareil ? » ben est-ce que vous, vous baisez pareil avec vos potes ? [rires] En soi, tout est faisable, on a les mêmes zones érogènes que tout le monde, enfin voila, chacun son petit schmilblick. Mais après oui, il y a des trucs qui sont très psy.

Lucile : On parlait de la fellation tout à l’heure, il y a vraiment un truc de se dire, à la limite « je ne vais pas le sucer » parce qu’il va forcément penser qu’elle le fait bien ou qu’elle en a envie ?

Kiyémis : J’espère que ma mère ne va jamais écouter ce podcast. [rires]

Marie : Moi j’espère que maman t’écoute [rire diabolique] « Maman, j’ai eu des rapports sexuels ! » [rires]

Nicolas : « Bravo ma fille » elle va te dire.

Marie : Et oui, elle sera fière de moi. [rires]

Kiyémis : Un truc que je voulais dire, je ne me suis pas braquée mais ça m’a vraiment posé question cette question. Je pense que parfois on se fait une idée de ce à quoi doit ressembler une relation entre guillemets “sexuelle”, là je vais parler avec un homme : le mec il doit te porter, il doit te plaquer contre le mur… Il y a des gens qui aiment bien, mais on a des idées très clichées sur à quoi cela doit ressembler. Et en tant que femme grosse, tous mes mecs n’étaient pas Teddy Riner…

Marie : Essaye de me porter, on va voir !

Kiyémis : Voila ! Parfois je pense qu’on peut aussi se dire « oh non mais il peut pas faire ça ». Ou par exemple quand c’est un mec qui n’est pas sorti qu’avec des meufs grosses « ah non mais peut-être… ». Parfois on est vraiment dans notre tête alors que franchement le sexe ça devrait tellement être un lieu de joie et d’exploration ! Mais tu es dans ta tête et tu te compares à ce que tu as vu comme image, alors que si un mec ne te porte pas, c’est pas grave ! C’est pas parce qu’il ne te porte pas que tu ne vas pas avoir des orgasmes et que lui non plus. Ou du plaisir, pas forcément l’orgasme d’ailleurs. On a des idées de « à quoi doit ressembler le sexe pour être une bonne relation » et ça vient souvent de Chine, de Hollywood où – soyons réalistes – ça ne doit pas être agréable pour les acteurs qui jouent ces scènes, en tout cas pour beaucoup je pense. Je pense que c’est surtout ça. Il y a aussi un truc, comme tu disais, sur la performance, franchement je me vois…

Marie : On te voit tous. [rires]

Kiyémis : Ha !

Marie : Je déconne, je déconne !

Kiyémis : Moi je suis un peu égocentrique mais c’est un autre débat. Je pense qu’il y a aussi un truc de se dire « allez on donne tout », que beaucoup de personnes ont, mais ça joue quand t’es une meuf grosse et que tu te valides… Comme tu dis : « ce qu’il me reste c’est le cul donc il faut y aller à fond ». Je pense que c’est surtout ça, c’est les images de ce à quoi ressemble le sexe, et souvent bah… oui parfois mon ventre est entre nous deux, et alors ? Non mais il faut dédramatiser le truc ! Oui parfois je suis pas méga souple, je suis pas championne de gymnastique, genre Simone Biles. OK, et alors ? Ce que j’ai envie de dire aux gens plus jeunes qui nous écoutent : ça n’a jamais rien empêché, donc tranquille ! [applaudissements]

Nicolas : C’est aussi parce qu’il n’y a pas de représentation. Ce qu’on voit c’est le porno, et ce n’est pas du tout la réalité de la sexualité, du coup c’est compliqué : on n’a jamais vu des gros dans des films. Voilà, on ne les voit pas ! Ils n’ont pas de sexualité normalement les gros, et c’est toujours étonnant, quand…

Marie : Nous trois, on est là pour vous prouver le contraire !

Nicolas : Chut, mon mec est dans la salle. [rires]

Marie : Et moi c’est faux, ça fait très longtemps. [rires]

Lucile : On parlait de représentation culturelle mainstream, de Hollywood, mais parlons de porno : des livres, des magazines, de tout ce qu’on veut – le cul qu’on montre dans les trucs de cul. C’est extrêmement compliqué de trouver des personnes grosses. La question c’est pourquoi, puisqu’a priori il y aurait des gens pour les consommer – a minima des personnes grosses ou les fétichistes puisqu’ils semblent très actifs.

Marie : C’est ça, dans le porno c’est classifié : les personnes grosses sont dans un tag, un truc précis, et en plus la représentation est clichée. Les femmes grosses sont forcément dominantes, etc., il y a tout un tas de pratiques et d’images qui sont implantées. Je n’ai pas de vrai chiffre sur le pourcentage que ça représente, je n’ai pas fait d’étude sur le porno, mais oui il y a des gens qui les consomment, et plus dans le fétiche.

Lucile : Mais moins pour éduquer, et même juste mainstreamiser le truc, montrer juste des gens gros qui baisent.

Kiyémis : Je pense que le porno, de toute façon, comme tu le dis Marie, c’est très… il faut déjà renforcer des cases. Pour une femme noire, le porno c’est « ebony », « un certain type »… On va dire que le porno n’est pas l’endroit où tu vas faire la révolution culturelle.

Nicolas : C’est global, les gens gros n’existent pas dans la société. Pas que dans la sexualité, ils n’existent pas dans la pub non plus, que ce soit pour acheter des voitures ou pour autre chose : les personnes grosses n’existent pas. Aujourd’hui on commence à peine à les voir dans quelques pubs pour des vêtements, parce que c’est justement pour en vendre et pour raconter que « si si, en fait on fait du double XL ». Sinon la personne grosse on ne la voit pas, on doit la cacher, et nous on doit se cacher. La seule chose d’éducation à faire c’est la visibilité, d’être là, d’être présent avec notre corps. Effectivement on va entendre des gens qui disent « tu prends de la place » et c’est ça qui les choque ! Si on est PD et qu’on prends de la place, c’est deux raisons pour que les gens disent « argh… tu prends trop de place ». C’est un problème de visibilité globale du corps gros, que ce soit dans le porno, ou dans la vie de tous les jours. Ce n’est pas pour rien qu’on se retrouve aujourd’hui à faire un événement qui s’appelle le Gros Festival : pour qu’on se dise « oui on peut venir et on va être à l’aise » ! On est obligés. Il y a des gens qui vont regarder et qui vont se dire « c’est quoi cette réunion de gros, qu’est ce qu’ils font ? »

Lucile : Qui parlent de sexe en plus !

Marie : J’en profite pour faire une mini pub pour moi-même [rires] c’est horrible…

Lucile : Vas-y, vas-y, c’est ton moment.

Marie : Justement, la visibilité c’est important. Moi je ne suis pas militante au sens premier, je ne suis pas la première ligne du militantisme mais sur Twitch et Youtube, je fais beaucoup de contenu qui parle de séduction, qui parle de Tinder, etc. Parfois évidemment je parle du fait que je sois une femme grosse, mais globalement ce n’est pas le sujet principal. C’est pas « une meuf grosse qui date et qui galère » c’est juste « une meuf qui galère et qui a envie de faire des blagues là-dessus ». Pour moi c’est faire une toute petite étape de visibilité, parce qu’il y a des gens qui viennent téma ça. Je ne parle pas de grossophobie particulièrement mais juste… la visibilité c’est hyper important.

Lucile : Mais ça aurait changé quelque chose pour le toi de 16 ans ?

Marie : De ouf, clairement, oui oui. Oh c’est beau, on va chialer. La petite Marie de 16 ans qu’est-ce qu’elle se serait dit ?

Kiyémis : J’ai des mouchoirs ! [rires]

Lucile : C’est pour ça que je parlais de porno, parce qu’il commence à y avoir des productions indépendantes, des choses engagées, en l’occurrence des pornos féministes.

Kiyémis : Mais il y a des meufs grosses ?

Lucile : Justement c’est la question que je pose, pourquoi il n’y a pas plus de femmes grosses et pourquoi il n’y a pas plus de femmes noires grosses ?

Kiyémis : Il y a des meufs grosses noires ?

Lucile : Il y en a probablement mais de façon extrêmement minoritaire. Chez les queers, dit-on au fond.

Kiyémis : Ah, chez les queers, OK.

Lucile : Du coup ça manque du côté des hétéros a priori. C’est encore le patriarcat.

Kiyémis : J’allais dire comme d’hab. [rires]

Nicolas : Toujours à la traîne.

Lucile : C’est cette représentation là qui manque au final. Je vais faire ma promo aussi : j’ai écrit un kamasutra que j’ai voulu un peu inclusif, et pour l’écrire j’ai bouffé tous les kamasutra de la planète. C’était ridicule, déjà parce qu’il y avait plein de positions que personne ne pouvait faire en réalité, et aussi parce que pour rendre certaines positions faisables en terme de dessin, il fallait normer les corps de manière ouf ! C’est à dire que fatalement l’homme faisait 20 centimètres de plus que la femme, et ils étaient lui très musclé, et elle très mince. Donc personne ne peut utiliser ce livre, ça n’a aucun intérêt sexuel.

Marie : Tu n’arrives pas à mettre tes pieds derrière la tête ? Je ne comprends pas. [rires]

Lucile : Ah mais il y avait des trucs, je te jure…

Kiyémis : Les Jeux Olympiques ?

Marie : Tokyo 2021, le cirque Pinder ! [rires]

Lucile : Écoute il y a Paris 2024 qui arrive…

Kiyémis : Je vous laisse ça, hein.

Lucile : Sur certains sites de rencontre on voit certaines femmes grosses mettre dans leur bio qu’elles ne veulent pas être la première personne grosse d’un nouveau ou d’une nouvelle partenaire.

Kiyémis : J’ai envie de dire plusieurs choses parce que je suis sur plein de plans. En même temps j’ai envie de dire « je comprends » parce que c’est très chiant d’être l’expérience de quelqu’un : la première personne grosse, la première personne noire, oh my god. J’imagine que c’est un moyen de protection. Parfois tu n’as pas envie d’expliquer des trucs, d’expliquer…

Lucile : Qu’est-ce qu’il y aurait à expliquer du coup ?

Kiyémis : Vas-y, Marie.

Marie : Grossophobie, racisme… Quelqu’un qui ne s’est pas du tout posé de questions sur la grossophobie et le fait d’être une personne grosse dans ce monde, forcément, il faut tout expliquer. Tu n’es pas à l’abris d’un « mais pourquoi tu ne fais pas un petit régime et un peu de sport ? ça me parait évident » et t’es là « oh la la, il faut prendre dès le début, c’est horrible ». Donc la flemme d’expliquer ça, et je suppose que pour le racisme c’est pareil – le racisme ordinaire, etc. – tu peux être confronté à des trucs pas ouf.

Nicolas : Oui, on est pas toujours prêts à expliquer, raconter plein de choses aux gens.

Lucile : Être disponible en fait.

Nicolas : On s’est éduqué tout seul, on a appris des choses, des fois on veut les partager mais avec nos amis, avec des gens proches, c’est des expériences personnelles qu’on va raconter. J’ai appris tout seul, tu apprends tout seul, et puis tu viens vers moi quand tu auras compris que tu vas pas fétichiser le fait que je sois libanais ou des choses comme ça.

Lucile : Mais vous accueillez des nouveaux chez les ours quand même ?

Nicolas : Oui oui on accueille les nouveaux ! Mais là on parle sur les applis ! L’associatif et les ours de Paris – un ours c’est un gros, un PD, un gros PD – c’est autre chose. Ce mouvement est apparu dans les communautés gays dans les années 70 : comme il y avait beaucoup de personnes épilées, musclées, on s’attendait toujours à ça pour les homos, d’être dans cette image-là. Donc s’est créé ce mouvement et ces personnes qui n’avaient pas d’endroit à eux ont trouvé l’occasion de faire des voyages avec des ours, rencontrer d’autres ours, aller dans d’autres pays, avoir des expériences.

Il y a des convergences d’ours dans des villes à des dates précises, où effectivement c’est très sexualisé : on y va, on rencontre des gens, on est libre, on baise, et on est à l’aise parce qu’il y a des choses qui sont déjà réglées ! On ne va pas expliquer des choses à tout le monde, et là les choses sont réglées et claires. On a déconstruit, on a appris, on est à l’aise avec notre corps et on va être à la plage avec d’autres gens qui sont gros : ce n’est pas pour rien qu’à Sitges il y a 2000 ours sur la plage début septembre. On y va parce qu’il n’y a pas plein de choses à expliquer – pourquoi t’es gros, pourquoi t’es comme ci, etc. On y est, on est gros, on passe à la suite et on vit notre vie.

Lucile : En fait on en revient encore au même : le problème c’est l’hétérosexualité. [rires]

Marie : On pourrait faire un podcast de huit ans sur le sujet. Je comprends le truc de ne pas vouloir, enfin… moi je sais qu’un mec qui va me dire « ah c’est la première fois » je vais trouver ça chelou qu’il me le précise, déjà, parce que pour moi ce n’est pas un sujet. T’as envie de coucher avec moi parce que je suis marrante – à la limite si t’as envie de faire un petit commentaire sur mes nibards, je ne t’en voudrais pas. Mais je trouverai ça trop bizarre qu’il me dise « oh putain c’est marrant t’es grosse, c’est la première fois que ça m’arrive ». Mais j’ai pas non plus envie d’être la cinquième meuf grosse avec qui il a une histoire, parce que je me dirais « oula, bizarre – je suis face à un fétichiste ». Du coup qu’est-ce qu’on fait ? bah… le célibat. [rires] Et l’abstinence.

Nicolas : Nooon…

Marie : Je rigole, je rigole ! Je fais beaucoup de blagues, c’est du second degré.

Kiyémis : Je pense que, déjà quand tu es sur une appli, c’est horrible – enfin je ne sais pas si c’est horrible mais c’est à se questionner – je pense que tu es beaucoup dans un truc de « tant qu’à faire, je vais faire ma liste de courses ». Ce qui est compréhensible en tant que meuf grosse et noire : j’ai plus tendance à dire « bon écoute, tu ne me vois pas mais sache que je suis noire, je suis grosse ». Noir c’est pas juste une couleur de peau, c’est des expériences. J’ai pas envie d’être prof dans mon pieu non-stop, en plus je ne suis pas payée. Et puis parfois j’ai juste envie de penser que tu as envie de moi.

Je pense qu’il y a aussi un phénomène quand tu es une meuf grosse ou un mec gros, et noir, en tout cas minorisé et victime de discrimination, c’est que tu dois te poser des questions non-stop. C’est ce que tu disais : « oh la la il est jamais sorti avec de meuf grosse, en fait il est sorti avec trop de meufs grosses, il me fétichise, il ne peut pas me désirer moi parce qu’il me fétichise »… Je pense, peut-être que je parle de moi – j’espère que ça n’arrive pas à beaucoup de monde mais je ne pense pas – qu’on est tout le temps en train de questionner le désir de l’autre. Et je pense qu’il y a aussi un truc de « mais c’est parce qu’au final c’est pas légitime ».

Maintenant je me dis – pas forcément dans des relations amoureuses parce que je pense que la fétichisation c’est déshumanisant (tu vas avoir des commentaires de merde, etc.) – que j’ai juste envie d’être un peu aimée ou désirée. Et j’ai pas envie de me poser de questions. Franchement si je suis obligée de faire une thèse et lire trois bouquins de Bell Hooks avant de sortir dans un date, on est pas sorti… Je pense que parfois il y a encore ce truc là. Tu vas dans un date, tu as déjà les statistiques de la discrimination à l’embauche des gros et des personnes noires. Enfin, c’est pas du tout qu’il faut ignorer la grossophobie, le racisme, ou tout ce qui est LGBT-phobie, mais parfois je pense qu’on a aussi trop ça en tête. C’est la société qui nous fait avoir trop ça en tête, mais c’est dangereux et violent envers nous-même. Parce qu’à chaque fois, on va se poser la question « mais en fait pourquoi il m’aime, ou pourquoi il me désire ? Pourquoi elle, elle me désire ? est-ce qu’il y a un problème ? En fait il y a peut être un problème ». Je pense que ça a des effets sur nous.

Nicolas : Parce que quand on est gros, c’est très difficile d’entendre « tu es beau ». Un des commentaires que je laisse le plus souvent sur Facebook, c’est « tu es beau ». C’est très difficile à entendre et à accepter, il faut le dire aux gens quand on trouve que quelqu’un est beau. Et pour les personnes grosses on nous a tellement dit « tu es moche », on nous l’a tellement fait comprendre que c’est difficile. Donc à chaque fois on va questionner, on va se dire « mais pourquoi ? pourquoi je lui plaît ? pourquoi c’est comme ça ? » Et le but, je pense, c’est de pouvoir l’accepter et de le croire.

Marie : Et pour une petite note positive, on parle beaucoup – enfin j’ai beaucoup parlé – d’histoires compliquées, de trucs chiants, de la grossophobie. Mais sur 10 ans de relations hétérosexuelles avec des mecs, il y en a eu plein ou ça s’est passé sans que ce soit un problème, sans qu’il y ai de grossophobie frontale ou sans que le mec se pose une question à zéro seconde. Juste on était là au même endroit, on avait envie l’un de l’autre et hop ! Basta. Je nuance.

Kiyémis : Je pense que c’est juste important de le dire : je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais il y a beaucoup d’émissions bidons : « Il aime les grosses, quel est son problème ? ». C’est vrai, c’est dans notre imaginaire de se dire ça. « Oh il est fat-admirer – ou fat-fetichiseur – on va mettre une caméra devant lui parce qu’il a forcément un problème ». C’est dans notre imaginaire et c’est pas juste dans notre tête : c’est proposé par la société. Est-ce que vous voyez beaucoup d’émissions sur une meuf qui aime les grands par exemple ? C’est un truc du patriarcat, une meuf qui aime les grands. Vous avez vu des « Tellement vrai » sur « oh la meuf elle sort qu’avec des mecs grands », non !

Marie : Ou la meuf sort qu’avec des petits. Non mais vu que tout le monde sort avec des gens minces, quand quelqu’un sort avec quelqu’un de gros c’est « wow, on va le filmer », il y a quelque chose. Comme toutes les meufs sortent avec des mecs grands, si elle sort qu’avec des petits : han il y a forcément un truc, on filme. Allez, caméra au poing, j’y vais.

Kiyémis : Bernard de la Villardière qui arrive ! [rires]

Marie : Émilie a 22 ans… [rires]

Lucile : Je suis d’accord qu’effectivement il ne faut pas tout de suite mettre le terme fétichiste et fétichisation sur quelqu’un qui pourrait avoir envie, ou qui ne verrait pas forcément ça, qui s’en foutrait. Comme on le disait, qui voudrait juste connaître une personnalité, et…

Marie : Comme plein de gens qui s’en foutent aussi.

Lucile : J’espère qu’il y en a. Enfin, j’espère qu’il y en a beaucoup.

Kiyémis : Je pense que le problème avec la fétichisation c’est la déshumanisation, pas le désir des corps gros. Le désir des corps gros, je suis désolée, ce n’est pas problématique. Un mec ou une meuf qui aime les corps gros, tant mieux, ce n’est pas problématique en soi. Ce qui est problématique c’est le fait de voir juste mon ventre ou juste mes seins. [applaudissements] Tu ne vois pas ma tête. Les corps gros déshumanisés, c’est ça qui est problématique, ce n’est pas le désir des corps gros. J’ai envie de le dire. Les mecs ou les meufs qui trouvent mon corps désirables, t’as bien raison. [rires] Non mais tu vois.

Lucile : Je suis d’accord, c’est pathologiser encore le corps gros en fait.

Kiyémis : Ben ouais ! Tout simplement.

Lucile : J’avais une blague tout à l’heure, mais je l’ai pas faite…

Marie : Vas-y, tu veux te lancer ou t’as peur ?

Lucile : C’était après la super diatribe de Kiyémis, j’étais en train de me dire « ouais c’est vrai cette histoire, c’est pas léger »… Après je me suis dit « non je vais pas la faire ».

Marie : Waah ! [rires]

Lucile : J’ai eu honte, mais je la fais quand même. [rires] Du coup la question, c’est quand même difficile, comment on peut aujourd’hui quand on est ado… Admettons, imaginons : cet ado gros ou grosse, comment elle passe au travers de cette tartine de merde que vous vous êtes tapée toutes les deux, que tu t’es tapée aussi ? Comment on arrive à ça ? Parce que là a priori il y a un schéma, il y a un truc.

Nicolas : Tu peux pas. [rires] Non, mais il y a le physique de la personne, il y a la personnalité aussi.

Lucile : Oui, mais on est pas encore déconstruits là-dessus quoi.

Nicolas : Je pense que c’est surtout d’avoir en face de toi des personnes référentes qui ont une sexualité, qui ont un petit ami, qui ont un mari, qui changent de mari. Moi j’ai eu ça dans ma vie, j’ai rencontré quelqu’un qui était gros et qui avait un mari. J’étais « oh il a un mari, oh il a changé de mari, oh il a des amis » et c’est juste complètement dingue. Du coup tu te dis « moi aussi ça va m’arriver en fait ». Parce que c’est vrai qu’à 16-17 ans je me disait : « c’est la fin du monde, je suis PD, je suis gros, je suis même pas français, en plus je suis passif » [rires] « je ne vais jamais plaire » [applaudissements] Avoir en face de soi des gens qui ont des expériences positives de vie. C’est pour ça qu’aujourd’hui, nous devons être ça aussi – enfin c’est ce qu’on essaye d’être, c’est ce que Gras Politique essaye aussi d’être et de faire, comme les ours de Paris. C’est de donner et de montrer ça. C’est la vie, quoi. [applaudissements]

Lucile : On a un besoin de représentation.

Nicolas : Voilà : c’est pas très grave, on a tous une sexualité et ça va venir.

Lucile : Il faut qu’on aille raconter ça aux ados.

Nicolas : On va attendre qu’ils soient adultes, et après on leur racontera des histoires de dilatation anale et tout ça. [rires] J’avais promis de la placer, pardon ! [rires]

Marie : Le changement global a besoin que ce soit tout un mouvement général. Après, si il y a des ados de 16-17-18 ans qui vont écouter ce podcast, c’est qu’ils ont déjà plus que les générations d’avant. Individuellement à part se protéger, essayer de filtrer soi-même est difficile à faire : les algorithmes sur internet ne sont pas fait pour ne pas voir les corps minces. On peut aussi choisir d’aller chercher des représentations différentes, si c’est un truc qui nous fait souffrir, on a une petite marge individuelle. Mais oui, c’est un mouvement global qui fera vraiment changer les choses.

Lucile : Apprendre aussi qu’on essaye de ne pas baiser si on n’en a pas envie ou juste pour faire plaisir.

Marie : C’est pour tout le monde, qu’on soit mince ou gros.

Kiyémis : Pareil que Marie, je pense que la responsabilité n’est pas sur les jeunes. Nous on peut leur proposer des choses mais – je suis désolée, pourtant je suis très optimiste comme personne – ils vont se prendre la merde dans la gueule. C’est à nous de changer la société pour qu’ils en prennent le moins possible mais malheureusement je pense que là tout de suite, c’est compliqué. Franchement j’ai quelques solutions : abolir « Comme j’aime », abolir « Weight Watchers », abolir les gaines. [applaudissements] Fermer ces entreprises. Je vais essayer d’être réformiste : mettre un grand bandeau qui dise « publicité mensongère ». C’est pas de votre faute – enfin bien sûr je sais que ce n’est pas du tout ce que tu dis – si vous vous sentez mal, je comprends, c’est normal. C’est normal, c’est la société qui fait ça. Après, je suis tellement d’accord avec toi : il faut des personnes référentes. Mais c’est normal aussi, c’est la société qui est merdique. Donc commençons déjà par fermer Comme j’aime. En plus c’est de l’arnaque. Mais bon c’est un autre débat. [rires]

Lucile : Si tu veux on peut s’y attaquer aussi, hein, mais…

Kiyémis : Allez ! [rires] Arrêtez de prendre l’argent des gens ! [rires]

Lucile : J’avoue que je suis d’accord avec ce truc de personne référente, ça sauve la vie. Mais ça fait un peu souffrir quand on se rend compte qu’on a passé des années entières sans avoir ces références là. Je ne sais plus son nom, je suis désolée, une féministe sur Twitter disait qu’elle n’avait jamais été une lesbienne ado. Parce que dans le monde et la société dans laquelle elle vivait, elle avait été obligée de vivre dans un monde hétéro comme une fausse hétéro, et ça ce sont des moments de vie qu’on ne rattrapera jamais. Donc les espèces de tartines de merde qu’on se prends… elles nous construisent, mais on ne se les rattrape pas non plus.

Kiyémis : Mais il y a de la joie.

Lucile : Bien sûr, on parle de sexualité, c’est un truc positif ! Enfin je veux dire, j’ai l’air méga plombée. [rires]

Kiyémis : Non mais c’est vrai, t’as raison.

Lucile : Marie disait tout à l’heure qu’il y a quand même des supers moments, merci, est-ce que tu peux me le confirmer ?

Marie : Il y a des supers moments. [silence] Voila. Je suis contrainte. [rires]

Nicolas : Attends tu as pris des notes ou pas ? Des noms, des numéros de téléphone, maintenant c’est now quoi. Tu nous le donnes, partage !

Lucile : Donne-nous une stat’ ! Non parce qu’on a dit que le corps gros c’est un corps tout court, il kiffe aussi, il prend du plaisir, il prends des orgasmes… Heureusement !

Kiyémis : Oui. [silence] [rires]

Nicolas : Bon on casse deux trois lits mais bon.

Marie : On est pas à une latte près, ça va !

Nicolas : Non ? On a tous cassé au moins un lit ?

Kiyémis : Carrément.

Marie : Alors, ça ne m’est pas arrivé. [rires]

Kiyémis et Nicolas : Ah ouais ?

Marie : Je suis déçue… Qui veux casser un lit avec moi ? [rires]

Nicolas : What ? [rires]

Marie : Ah je suis si lourde. [rires]

Kiyémis : Meilleure annonce quoi !

Marie : Je vais mettre ça en bio Tinder.

Nicolas : Ouais ! [applaudissements et rires]

Marie : Attendez je le fais maintenant ! [rires] Parlez, parlez.

Lucile : Alors du coup pendant que Marie fait sa bio Tinder – elle nous montrera la confirmation qu’elle l’a vraiment fait après – on va faire le tour de table de la fin, on va revenir sur du positif. J’aimerai qu’on partage nos suggestions individuelles, globales, politiques ou militantes, c’est vous qui choisissez, pour une meilleure inclusion des personnes grosses sur le marché de la drague et du sexe. Ou même globalement si vous avez un conseil sexo, un truc fun, allez-y au passage.

Kiyémis : Tu ne vas pas le casser. À la personne qui va m’écouter : tu ne le casseras pas, ne t’inquiète pas, il ou elle supportera, tu ne les casseras pas, t’inquiète. Il ou elle risque de kiffer, même. C’est mon conseil personnel sexo.

Lucile : L’expérience de Kiyémis. Et toi ?

Nicolas : Moi je pense juste à dire : oui c’est des bourrelets, oui ça bouge, oui ça sue – et c’est pas grave. Oui ça bouge. « Giggly » [rires]

Lucile : Marie, tu as fini ?

Marie : J’avais réfléchi à un truc mais c’est beaucoup moins marrant… [rires] alors que je fais des blagues quand même. Moi j’allais parler de mon milieu professionnel parce qu’on parlait de représentation. Je travaille dans l’audiovisuel, les médias, la création de contenus sur internet mais aussi la fiction. À tous ces gens-là, les scénaristes, les producteurs : mettez à l’image des personnes grosses, quand vous écrivez un scénario avec deux personnes qui ont une vie amoureuse, pourquoi le perso est mince ? [applaudissements] Il pourrait être gros et il n’y aurait pas une ligne qui changerait. Ça commence tout doucement à changer mais ça pourrait changer vraiment plus vite. En vrai de vrai, posez-vous juste la question « pourquoi mon perso n’est-il pas gros ? Oh, il pourrait être gros ! ». Paf, hop là, ça fait une représentation de plus et nous on est content·e·s.

Kiyémis : Et engagez des scénaristes gros aussi, tant qu’à faire. Et des acteurs et actrices gros.

Marie : Au passage, genre moi.

Kiyémis : Voila ! [rires]

Lucile : Je trouve que c’est des belles conclusions. Moi j’ai rien à ajouter à ça globalement… et baisez aussi, au passage. Des gens gros avec des gens pas gros mais si vous en avez envie, évidemment, avec des gens qui en ont envie aussi.

Marie : Et protégez-vous, blablabla.

Nicolas : Et qui ont envie de vous !

Lucile : Oui évidemment. Et de vous dans sa globalité. Merci. Merci Kiyémis. [applaudissements]

Kiyémis : Merci à toi.

Lucile : Merci Nicolas, merci Marie.

Marie : Merci.

Nicolas : Je voudrais préciser que les Ours de Paris ont organisé une exposition qui s’appelle « Gros est beau », qui va commencer le 23 septembre, avec 27 artistes de tous genres et de tous horizons qui ont dessiné ou photographié des personnes grosses. Cette exposition aura lieu au Bears’den à partir du 23 septembre. Passez la voir !

Lucile : Marie tu as un message à faire passer ? À part Tinder.

Marie : C’est bon j’ai changé ma bio Tinder.

Kiyémis : Allez !

Nicolas : Swipe left !

Marie : Kiyémis ?

Kiyémis : Non, je voulais juste dire que c’est tellement un plaisir d’être avec tellement de gens gros. Vous êtes tellement beaux. Préparez aussi vos suggestions de lieux d’habillement parce qu’il y en a qui sont très stylés dans la salle.

Marie : Ouais !

Lucile : Et en plus moi je vais ajouter, en référence à Nicolas, vous êtes tous belles et beaux, tout le monde est beau ce soir. [applaudissements] Merci Marie, merci Kiyémis, merci Nicolas. Merci évidemment Gras Politique d’avoir organisé cet événement. [applaudissements, wouhous et bravos]

Nicolas : Daria présidente ! Daria, Daria, Daria, Daria !

Lucile : Merci au Très Gros Festival de nous avoir accueillis au Wonderland. À très vite pour de nouveaux épisodes évidemment. Merci Ève et Marine du collectif Mains Paillettes qui ont fait la LSF avec nous. Merci à l’équipe de Slate Podcasts et à Victor Benhamou pour la réalisation live, là-bas dans la guérite. Merci à toutes et à tous, passez une bonne soirée !

Kiyémis : Bonne soirée ! [applaudissements]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s